René Gabriel, né à Maisons-Alfort le 14 septembre 1899 et mort le 30 octobre 1950, est un décorateur spécialisé dans le « meuble de série ».
Un « artiste décorateur » atypique
René Gabriel suit une formation théorique à l’école Germain-Pilon et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD, Paris).

En 1919, un an après la fin de ses études, il présente au salon d'automne le résultat de ses recherches orientées vers la production industrielle. Grande figure de la décoration, il est retenu pour l’exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes en 1925, participant à la réalisation de l’Ambassade française, d’une chambre de jeune fille et d’une cuisine. Son approche concrète du meuble dit « de série » commence véritablement en 1927, lorsqu’il dévoile au Salon des artistes décorateurs un mobilier en chêne, aux lignes extrêmement sobres, suivant l’idée d’éléments superposables et juxtaposables du précurseur Francis Jourdain qu’il avait rencontré à l’occasion de l’exposition de 1925.
Les meubles pour sinistrés
En 1944, pour sa connaissance des méthodes industrielles de production de meubles économique, René Gabriel est désigné par le Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme (M.R.U.) et crée le mobilier d’urgence vendu aux sinistrés à un prix symbolique (alors en tickets de rationnement).
Par la suite, sa notoriété dans la production en série lui confère une position déterminante :
président de la Société des artistes décorateur à partir de 1945
atelier d’enseignement de l’École nationale supérieure des arts décoratifs en 1946
collaborateur de Jean Fressinet au Salon des arts ménagers de 1948 (section des meubles de série)
Le choix d’un matériau robuste et relativement courant (chêne ciré) et sa technique constructive fondée sur la préfabrication des éléments et une structure robuste et apparente n’est pas sans rappeler la conception architecturale de l’époque. Auguste Perret fait d’ailleurs appel à lui en 1947 pour réaliser l’aménagement de l’appartement type du Havre.
Une production industrielle
Imaginant des meubles économiques, René Gabriel – aux côtés d’autres décorateurs comme Louis Sognot, Jacques Dumond, Albert Guénot et, non des moindres, Marcel Gascoin – adhère indirectement aux idées du Mouvement moderne portées par l’UAM, mais il se distingue des membres les plus radicaux par une esthétique assez sobre et modeste, utilisant des matériaux et des techniques compatibles avec les réalités de la production industrielle et du marché économique. Bien que son mobilier soit relativement discret, les formes qu’il invente sont rapidement assimilées dans les productions industrielles courantes et perdurent jusque dans les années 1960.
Prix René-Gabriel
La reconnaissance de son rôle dans l'histoire du meuble de série ont conduit les principaux acteurs du Salon des arts ménagers à créer le prix René-Gabriel, remis aux créateurs imaginant des modèles innovants et d'un bon rapport qualité/prix :

  • 1950 : Marcel Gascoin
  • 1951 : Henri Meyer
  • 1952 : René-Jean Caillette
  • 1953 : les frères Perreau
  • 1954 : Jacques Hauville
  • 1955 : Roger Landault
  • 1956 : Pierre Gautier-Delaye
  • 1965 : Pierre Guariche
  • 1967 : Étienne Fermigier
  • 1970 : Marc Berthier
  • 1971 : Pierre Paulin
  • 1983 : Jean-Pierre Khalifa
  • 1988 : Michel Cadestin
  • 1990 : Pascal Mourgue